Nous n'en sommes pas encore aux habitudes des berlinois et berlinoises, ou à celles des habitants des cités nordiques en général, mais il faut reconnaitre que le nombre de bicyclettes en circulation dans les rues de nos villes est en nette progression. Il est des croissances qui sont bonnes ; même si, souvent, nous pouvons déplorer qu'elles trouvent en grande partie leur origine dans la récession économique du système croissanciste actuel.

Sans parler des Vélib et consorts, en plus des VDV (Vélo De Ville ; ne pas confondre avec les DVD) avec ou sans options que nous pouvons désormais croiser dans nos agglomérations il y a, loin de leurs campagnes pour lesquelles ils sont conçus, des VTT (*) et des VTC (*), mais aussi des BMX de jeunes du "Grand Cirque cyclopédique de Rue", et tout un tas de vieilles bécanes toutes rouillées, fraichement sorties du fatras des cabanes de jardins où elles étaient oubliées depuis plusieurs décennies.
Parfois, on rencontre même un drôle de vélo, comme celui ci-dessous, très original, mais qui, comme tous les autres, joue bien son rôle en transportant son cycliste d'un point A à un point B.

Drôle de vélo

Hélas, il arrive aussi de voir un vélo nucléaire, monté par un ou une "bobo", tout droit sorti des cerveaux féconds des génies mal inspirés du DD (Développement Durable), avec sa batterie électrique au lithium.
Heureusement, celle-ci étant de plus en plus difficile à remplacer lorsqu'elle est usagée, car les constructeurs utopistes de voitures électriques s'accaparent la presque totalité de ce métal rare (renseignement pris auprès d'un vendeur), un tel véhicules à deux roues n'a pas grand avenir.

Dans le contexte de la raréfaction du pétrole, qui est le seul sang possible pour la mondialisation (cela peut augurer des jours plus heureux si nous renonçons volontairement à la société de consommation), la bonne machine, c'est le vélo ! Des gens l'ont bien compris et d'autres viendront à le comprendre, à plus ou moins long terme.

En tout cas, vous les lecteurs d'Écodouble qui êtes toujours à la pointe de la pensée, si aujourd'hui vous n'avez pas encore de vélo, si vous en avez un vieux que vous voulez remettre en circulation ou dont vous voulez vous débarrasser, si vous devez faire réparer celui que vous utilisez ou s'il vous est nécessaire d'en louer un, il existe ce qu'il vous faut. À Nantes - et peut-être que l'équivalent se trouvera ailleurs - allez chez ATAO !
Le mot sonne comme un prénom de Tahiti. C'est en fait une association qui redonne vie aux vieux vélos, pour vous rendre le service que vous espérez.
Cette association a déjà franchi le pas : elle est dans l'écodouble, parce qu'elle récupère et répare, sans grande consommation d'énergie, en donnant du travail et en formant des gens.
C'est au 3 rue François Coppée, 44100, ou au 0240928705, ou bien encore par : atao.atao@aliceadsl.fr
Le site officiel, c'est sur ce lien.

(*) Vélo Tout Terrain et Vélo Tout Chemin