Un Camille que j'ai voituré a voulu me payer en pain de la ZAD pour le service rendu.
En effet, un boulanger officie désormais sur la zone à défendre. Camille m'a dit qu'il y fait trois fournées par semaine. Et il est beau son pain ! Jugez plutôt :

Le bon pain

Camille ne pouvait pas me faire plus plaisir. Et puis qu'est-ce qu'il est bon le pain de la ZAD !

Les politiques maltraitent la jeunesse, en faisant tout, tous, de quelque parti qu'ils soient, pour qu'elle n'ait aucun avenir, en préparant ainsi la voie royale à l'extrémiste Marine nationale.

Et pourtant, sur la ZAD, la jeunesse s'organise ! Sur la ZAD on y fait du pain, on s'y forme à toutes sortes de techniques, on débat, cela sans la moindre aide de nos pseudo-dirigeants.
Et très symboliquement, parce que cette jeunesse a confiance dans le futur qu'elle se façonne, elle plante même des arbres fruitiers autour des lieux de vie qu'elle aménage.

Je rêve que lorsque le projet sera abandonné, que Ayrault et Auxiette auront bouffé tout le stock d'un magasin de chapeaux, la ZAD devienne un centre de production de nourriture et d'eau potable, un laboratoire pour apprendre à revivre grâce à une saine économie ; pour que la jeunesse ait un avenir.