La place des Humains dans la Nature ? Voilà bien une question qui devrait être examinée dans les moindres détails.

L'actualité récente nous donne l'occasion d'y réfléchir. Une jeune fille a été capturée et dévorée par un requin à la Réunion. En représailles, un élu a décrété le massacre de 50 de ces poissons. Sûr que s'ils étaient à même de comprendre, les requins seraient terrorisés ! Sûr aussi que la plupart des gens n'ont pas compris que l'élu, en disant cela, était à la recherche de voix sur le dos de l'adolescente.

Indubitablement, ce drame est un drame !
Pour des gens de loi, avocats et consorts, il va s'en trouver qui vont chercher des responsables, chercher à savoir s'il y a eu défaut d'information ou défaut de signalisation, voire une volonté de nuire de la part de l'individu-requin. Et pourquoi pas proposer un panneau :"Requin ! Passez votre chemin !" à planter dans les profondeurs marines.
Toujours est-il qu'ils vont débattre, redébattre, et re-redébattre ! Et continuer encore ! Du moins jusqu'à la prochaine "affaire", qui leur permettra de recommencer à débattre et redébattre, etc.

Des consommateurs, eux, diront des choses du genre : "Mon dieu c'est affreux !

Personnellement, je préfère penser qu'il y a eu défaut d'éducation ; à tous les niveaux. Et de rappeler que les eaux de la Réunion sont surexploitées par la pêche industrielle, ce qui modifie le comportement des prédateurs.

En tout cas, il est temps maintenant que je vous raconte une petite histoire.
Au début de l'automne dernier, ma commune annonça se porter acquéreuse d'un bois, très riche environnementalement parlant, juste à côté de chez moi, cela afin de l'ouvrir au public.
"Mais les gens veulent voir ! C'est normal !", qu'elle a dit la conseillère municipale, lorsque je l’eus prévenue que l'ouverture au public s'accompagnerait de dégâts sur la biodiversité.

Quelques mois plus tard, l'acquisition faite, on a préparé une grande après-midi et sympathique soirée sylvestres avec un repas sous de magnifiques hêtres.
Dans un des hêtres, qui fut entouré de tables et de convives enchantés, des sittelles torchepot avaient des petits nouveaux nés.
J'observais ce couple d'oiseaux depuis plusieurs semaines. Au bout de quelques temps, le nid était devenu bruyant et à force d'allées et venues le ravitaillement était assuré.

La fête eut lieu mais les petits volatiles ne furent pas conviés. Ils sont même morts de faim et de soif, leurs parents les ayant abandonnés parce qu'ils ont été affolés par la déferlante humaine ; qui s'est répandue partout dans le sous-bois.

Allez, chevreuils et chevreaux, renards et renardeaux, belettes et blaireaux, sittelles et grimpereaux ! Dégagez ! Nous arrivons ! Nous sommes si merveilleux ! Si intelligents !

En cette saison, le bois est truffé de tiques. Alors, j'en viens à penser sans le souhaiter : Allez, les tiques ! Piquez et sucez ! Que ces envahisseurs grossiers apprennent à vous connaître avant que de vous piétiner sans conscience et sans précaution. Ils sont si possessifs ! Si destructeurs !

La morale de cette histoire, c'est que nous devons respecter la Nature. Nous devons lui laisser de la place.
Nous devons apprendre à la connaître pour en jouir ; de près quand c'est possible, de loin quand il le faut.
Oui ! Nous devrions faire ainsi au lieu de nous laisser transporter par l'actuelle économie qui veut tout et qui détruit tout.

Car dans notre économie, pour d'idiots bouffeurs de sushis pseudo-traditionnels et criminels parfumeurs : Ce ne sont que des baleines !
Pour d'imbéciles acheteurs d'objets en ivoire : Ce ne sont que des éléphants !
Pour de criminels couturiers emplumés : Ce ne sont que des oiseaux !
Pour des élus crétins et une multinationale mafieuse : Ce ne sont que des tritons, grenouilles et crapauds !
Pour un autre élu expert en intérêt général à la Réunion : Ce ne sont que des requins dangereux et inutiles ! Tuons-les !
Alors que pour moi, et d'autres, dans le bois, c'étaient des oiseaux très utiles même pas emplumés !

Mais pour moi, et d'autres, au sujet de la petite fille mangée par le requin, nous serait-il possible de dire que ce n'était qu'une adolescente en phase de conditionnement intense pour devenir une parfaite consommatrice de loisirs et d'objets à coûts écologiques révoltants ?
La réponse est NON ! car nous sommes des humains conscients. Conscients, entre autres choses, qu'il ne faut pas être que consommateurs ! Et surtout pas consommateurs ignorants !

Merci Monsieur Jorion ! J'ai bien compris votre remarque.