C'était lundi dernier, le matin, sur Europe1. J'attendais le moment de Nicolas Canteloup, ou peut-être autre chose, à savoir une parole qui ne serait pas de la non-information ou de la désinformation. C'est alors qu'un journaliste à annoncé que des soldats français opéraient désormais sur le sol irakien ; mais que bon, "la France, n'est pas seule puisque trois autres pays sont déjà là-bas avec nous".
Piqué par sa curiosité, un deuxième journaliste présent dans le studio - ou alors un simple animateur radio ; de toute façon ça n'a pas d'importance, c'est tous et toutes les mêmes - a demandé : "Quels sont ces pays ?"
Là, le premier, triomphant d'importance, répondit : "Je ne peux pas vous le dire, ce n'est pas officiel !"

Voilà ! Le pas est franchi ; assumé ! Ils ne se cachent même plus.
Aujourd'hui, ce qui n'est pas officiel ne peut être relayé par un journaliste.
Donc, acte ! Toute la profession journalistique des gros médias (*) soldent auprès du pouvoir néolibéral politico-industrialo-financier.
Mais dès lors, à quoi servent les journalistes des gros médias en France ?

Il faut se réveiller.
Pour cela, dans un premier temps, je propose qu'à 20H00, tous les soirs, on éteigne la télévision pour boycotter le JT et les publicités qui suivent. Mobilisons-nous !
___

(*) J'ai écrit "gros médias" et pas "grands médias". Les grands médias, ce sont les médias libres, ceux qui ne sont pas des sacs à pubs. Dans cette noble catégorie, souvent en difficultés financières, il y a, par exemple (la liste n'est sans doute pas exhaustive) :

La Décroissance ;
Siné Mensuel ;
Fakir ;
Zélium ;
La revue Silence.

Ainsi, il n'y a pas que dans le Canard et Charlie qu'on ne trouve pas de pub ! n'en déplaise à Monsieur Cabus. Ce dernier n'a en effet pas daigné citer les cinq titres qui précèdent en tant que journaux libres lors d'une de ses dernières invitations sur les ondes radiophoniques (les "Grosses têtes" ancienne mouture, il me semble).
Cabu serait-il croissanciste ? Et ainsi compatible avec le néolibéralisme !? Le doute est permis (je rigole bien sûr) !