Il aura suffit que je m'absente quatre mois pour que le pays bascule ouvertement dans la dictature. Sans blagues, vous déconnez grave !

On nous surveillait déjà de près sur le Net depuis un an.
Avec le 49.3, on avait fait passer une loi retro active sur les permis de construire l'été dernier.
Voilà que maintenant on a l'état d'urgence et que, sous prétexte de terrorisme, on peut se retrouver en résidence surveillée, comme en Birmanie qui est un modèle de démocratie, tout le monde le sait.
Toutes ces nouveautés ont été inscrites dans la loi par les socialistes, ces braves gens qui osent tout, même ce que la droite néo libérale n'oserait pas !
Le petit caudillo Manuel a sans nul doute la prochaine étape bien en vue : que "terroriste" devienne synonyme de "kyste à éliminer", la novlangue permettant tout. Les ZAD de France pourront ainsi être rayées de la carte, la jeunesse qui les peuple nuisant aux intérêts d'amis puissants. Et peu importe si le capitalisme outrancier se trouve être à la source de tous les terrorismes par la misère qu'il sème dans le monde entier : Les zadistes ne distribuent pas des valises de billets.

Tant que nos élus et élites seront à la solde de la finance rien ne changera. D'ailleurs, au point où nous en sommes, je crois que plus rien ne changera. Pour faire évoluer les choses dans le bon sens, il eut fallu que vous réagissiez il y a bien longtemps ; en 2008 par exemple, afin que fussent enfermés tous les banquiers et leurs complices. Il aurait fallu que ...
Mais à quoi bon puisque cela ne sert plus à rien.

Il vous suffit juste maintenant de faire comme vous avez toujours fait mais avec obligation de le faire désormais :
Ne pensez pas. Regardez la télé.
Ne réfléchissez pas. Achetez tout ce que vous pouvez.
Ne vous instruisez pas. Lisez les publicités.
Ne vous informez pas. Écoutez le 20H00.
Ne vous cultivez pas. Oubliez.
Ne soyez pas. Paraissez.
Ne contemplez pas. Profitez.
Ne resistez pas. Collaborez.
Brûlez du pétrole, vous jouirez.
Consommez, consommez, consommez !

La déesse croissance pourvoira à toutes vos envies et tous vos besoins. Du moins le ferait-elle, peut-être, rien n'est moins sûr, si seulement il lui était possible de pouvoir revenir maintenant que la déplession pétrolière commence.

Ah, au fait : Bonne année.