On en voit de plus en plus, des chats qui divaguent dans les champs et prairies ; et il ne faut surtout pas s'en offusquer, car leurs esclaves de maitres veillent : "Mais c'est la nature que de voir les chats dehors", assènent à tout bout de champ ces imbéciles thuriféraires-propriétaires de ces puants tas de poils griffeurs et mordeurs.
Pourtant, sachons-le, les maîtres-esclaves de ces nuisibles à quatre pattes sont en infraction quand il laissent divaguer leurs chats. Voici ce que nous disent à ce sujet Maître Carmagnani, avocate au barreau de Nancy, sur ici-c-nancy.fr et les textes de loi bruts du Code rural : Entre nuisances, risques sanitaires et risques d'accidents de la route, il y a vraiment matière à verbaliser contre le vilain félin.

Maintenant, plus rigolo !
Cette semaine, j'étais en Ille-et-Vilaine, département de Bretagne littéralement saccagé par l'agriculture intensive et par l'artificialisation des terres menée tambour battant par les élus (ceux de ce département n'ayant pas le monopole de la bêtise en ce domaine, les 100 départements de France étant tous victimes de leurs édiles de la même manière).
Dans la campagne, j'ai vu des colonnes de fumées blanches (branchages en feu), des talus en cours d'arrachement, une belle zone humide tout juste remblayée (à 5-6 km au sud-est de Hédé), tout cela laissant croire que les rapports de plus en plus alarmistes qui nous parviennent chaque semaine sur l'état de la biodiversité n'existent pas. Si bien qu'on peut le dire : Nos élus sont vraiment ce qui se fait de pire dans la médiocrité, la malhonnêteté et l’inconscience. Quand il ne leur faut que quelques jours pour faire une loi anti-casseurs, ou une loi anti-anti-sémite, ou une autre interdisant aux journalistes d'aller mettre leur nez dans les affaires financières, ils n'ont pas été foutu, en trente ans, de faire des lois protégeant strictement les talus et les mares.
Mais c'est pas ça le rigolo, non !
Le rigolo, c'est que j'ai vu des champs tout orange, car pulvérisé au glyphosate, ce produit chimique cancérogène dont l'utilisation est maintenue par notre merdeux-président.
Mais c'est pas ça non plus le rigolo ! Bon sang que le monde est triste !
Non, le rigolo, c'est que j'ai vu des chats qui divaguaient dans les champs oranges. Ses braves animaux, si doux, si gentils, si merveilleux.
Et là, j'espère que vous commencez à comprendre ?
Non ?
Après leurs petites ballades quotidiennes, où "cé ty" qu'ils vont ces connards de chats ? Hein ? Où qu'ils vont ? Les mignons minous ?
Ben ils rentrent chez leurs cons de maîtres, leurs pattes et poils plein de molécules phytosanitaires, et ils dispersent ces merdes partout dans la maisonnée... jusque dans les lits douillets des enfants. Et nous, on les aime tant nos chérubins, surtout quand ils ont des cancers, à cause de toutes les saloperies qu'on leur fait avaler, toucher et respirer ; pour qu'ils deviennent de bons consommateurs et de bonnes consommatrices.

Mais en fait, les enfants ça sert à rien !
Les seuls qui servent vraiment à quelque chose sont ceux qui travaillent dans les usines du monde néolibéral, non ? Le néolibéralisme qui, en plus de ces crimes sur les enfants, bousille les campagnes, l'eau, l'air, les insectes, les végétaux... tout, tout, tout, partout.
Et ne disons pas que nous ne sommes pas au courant. Réchauffement climatique, destructions des terres arables, pollutions, pesticides... on en parle même au 13H00 de TF1 où la qualité de l'info est proche du zéro absolu. Quant à la corruption et la perversion des élus, à tous les niveaux, le Canard enchainés nous les expose chaque semaine et il existe des sites Internet qui sont de magnifiques sources pour prendre conscience de la réalité (je ne parle pas, bien sûr, des sites complotistes et de désinformation visités par tous les stupides de la Terre).
Donc, si le monde dans lequel nous vivons est ainsi, ben c'est qu'on s'en fout et qu'on le veut bien.