Au mois d'août c'était les vacances et il me fut difficile de suivre l'actualité.
Alors qui donc pouvais-je désigner "éco-ignare" de cette période de détente ?

Pas tout à fait par hasard, je suis arrivé sur un nouveau blog qui propose un lien vers la vidéo d'une émission de télévision du mois de juin dernier.
Son visionnage m'a permis de trouver la personne recherchée : Laurent Cabrol.
C'est lui en effet l'éco-ignare du moment, "superbissime", grâce à sa magnifique intervention dans l'émission "Écran vert" de TV5Monde du 15 juin 2009.
Durant cette émission, il a tenu des propos simplistes, du niveau de ceux d'un gourou de secte pour faibles d'esprit.

Il a été délicieux d'égoïsme lorsqu'il a dit que si nous roulions 10 km/h moins vite sur nos autoroutes françaises durant un an nous n'arriverions qu'à économiser 10 minutes d'émissions chinoises de CO2.
Il reçoit aussi les félicitations pour son bouquin de grand scientifique "du journalisme du bulletin météo", dans lequel il raconte qu'on nous dit des mensonges sur le réchauffement climatique.
Il nous a impressionnés par sa capacité à contredire les savants présents en même temps que lui sur le plateau, toujours par des arguments simplistes.
En fait, son éco-ignorance provient du fait qu'il n'a pas compris que les écarts de hausses de températures annoncées dans les études - il juge ces écarts pas sérieux du tout - dépendent surtout des différents scenarii d'émissions considérés dans les modélisations réalisées (*).

Il était remarquable quand il ne finissait pas ses phrases dès qu'il se rendait compte que ses arguments étaient nuls ou bien simplement parce qu'il avait trop peur que tout le monde se rende compte qu'il n'avait rien compris au sujet qu'il prétendait dominer.

Enfin son courage nous a éblouis lorsqu'il a appelé à la résistance (3 jours avant un 18 juin, c'est beau !) contre les verts (de gris ?) ou méchants écolos qui, d'après lui, ont pris le pouvoir (**) sans le gagner par les urnes. Ceux-là, tambourinait-il avec un regard presque haineux, veulent nous dicter ce que nous devons faire et veulent nous priver de rouler en voiture et de plein d'autres libertés encore en transformant l'économie à leur avantage.

Et pour juger par vous-mêmes, voyez la vidéo.

Monsieur Cabrol ! Retourner donc à l'école et avisez-vous à l'avenir, comme tout bon journaliste qui se respecte, de rendre compte correctement de ce dont vous voudrez parler. Surtout, rappelez-vous qu'il vous est interdit, déontologiquement parlant, de tronquer ou de déformer, involontairement ou non, les informations que vous décidez de nous transmettre.
Si vous ne comprenez pas un fait, ne le rapportez pas en vous posant en spécialiste de ce fait !

Hélas pour vous mais bien heureusement pour nous, vous ne rentrerez pas à l'Académie Française, ni même d'ailleurs à l'Académie des Sciences où Claude Allègre encombre bien suffisamment comme ça depuis qu'il se prend pour un climatologue.
Pour rentrer à la première il vous faudrait savoir comprendre le sens des mots, fussent-ils ceux de résumés de rapports scientifiques compliqués, et pour accéder à la seconde vous ne le pourrez pas car ni le journalisme ni le "bulletin météo" ne sont des sciences : Ouf !

Enfin, un grand merci à la personne qui m'a permis d'être au courant des errances pseudo-scientifiques de notre éco-ignare d'août.

(*) Les quantités émises de Gaz à Effet de Serre (GES) dépendent et dépendront de notre volonté : dans le siècle qui vient nous pouvons les réduire, les stabiliser ou les augmenter ! Les scientifiques modélisent en envisageant chacun de ces trois cas de figure ce qui immanquablement donne des résultats très variables pour la hausse annoncée de la température. Les grands écarts de hausse annoncés ne dépendent, en fait, que des hypothèses de départ quant à la quantité de GES émise.
(**) Ainsi les banquiers n'auraient plus le pouvoir ?