Nos dirigeants continuent à jouer au jeu des chaises musicales ! Parce que quelqu'un parmi eux a dit et fait des conneries.

Le problème, c'est que ces valses ministérielles, où quelques rares fautifs sont mis sur la touche quelques années au pire, les autres changeant juste de poste, ne suffisent plus à changer notre opinion sur nos politiques car tous disent et font des conneries ; et le mot est faible !

Ainsi, il y a quelques jours, durant la semaine du Salon de l'agriculture, Monsieur Bruno Le Maire a déclaré sur une radio nationale que "l'agriculture industrielle n'était plus le choix fait par la France".
Il a aussi dit ailleurs qu'il fallait développer le bio.
Nous pourrions tous comprendre, à l'entendre, que notre Pays commence un retour vers l'agriculture raisonnée, celle prônée par André Pochon, Pierre Rabhi ou les époux Bourguignon.

Mais en fait non ! Monsieur le Ministre n'a pas du tout l'intention d'aller dans cette voie ; et c'est pourquoi il a donc bien dit une connerie !
Car dans les faits, il se passe, par exemple, que "Turbo Lepère" a mis en place, il y a peu, une procédure simplifiée pour accélérer l'extension des élevages hors sol (source : un des derniers "Canard enchainé"), en mettant de côté, bien sûr, les contraintes imposées précédemment pour la protection des milieux et de la qualité de l'eau.
En quelque sorte, il a fait sa devise de la déclaration de son Président : "L'écologie, ça commence à bien faire !" parce qu'on n'est jamais trop fayot dans ce milieu, surtout lorsqu'il faut compenser ou faire oublier certaines petites faiblesses d'éducation.
Et quelles faiblesses ! puisque ce Monsieur au CV impressionnant (*), en charge des milliards d'euros du budget de l'agriculture, n'est même pas capable, entre autres, de compter combien il y a de mètres carré dans un hectare !
C'est à se demander s'il a bien pris l'ascenseur social de la République pour arriver là où il est car normalement, dès le CM2, tout élève sait jongler avec les multiples et sous multiples !
Et c'est à se demander aussi si, finalement, les diplômes, dans certains milieux - Merci Papa pétrolier et Maman aristocrate ! (Cf. le lien du CV joint plus haut) - ça ne s'achète pas ! (**)

En tout cas, par tous ses actes et son zèle à défendre les lobbies qui nous empoisonnent, il prouve qu'il n'est pas à même de pouvoir être ministre et encore moins celui de l'agriculture - et pourtant, il l'est ! - tant il n'a pas compris à quel point la situation sanitaire des terres agricoles est catastrophique à cause des pesticides et de l'industrialisation qui leur sont imposés ; tant il n'a pas saisi non plus ! que l'avenir, si nous voulons continuer à pouvoir manger, c'est l'agriculture écologique (bien meilleure que le bio), dans une économie écologique.
Mais sans doute n'a-t-il pas vu le film de Coline Serreau qui explique tout cela, "Solutions locales pour un désordre global" (à voir absolument).

Certes, la France ne fait "plus le choix de l'agriculture industrielle" ! car Elle, la France et ses habitants, veulent désormais une agriculture respectueuse de la vie et de la santé.
Cependant, malgré cela, Monsieur le Ministre "Le-Menteur-qui-se-prend-pour-la-France", guidé par Monsanto et compagnie, travaille à mettre en place une agriculture nouvelle, ultra intensive, hyper industrielle et totalement artificielle ; qui ne sera donc plus industrielle seulement (pas si menteur que ça "Brutus Le Bougre") !

Alors plutôt que de continuer à jouer aux chaises musicales, s'ils veulent vraiment l'intérêt du pays, il vaudrait mieux qu'ils partent tous, jusqu'au dernier, et que leurs chaises restent vides : il se pourrait bien que, sans eux et sans personne, les affaires de la France puissent mieux tourner.
D'ailleurs je vais même aller jusqu'à leur crier : Cassez-vous ! Ou vous entendrez bientôt le son de la révolte ! Vous nous avez trop longtemps pris pour de pauv' cons !


(*) Mais trop littéraire de formation pour pouvoir comprendre les rapports très scientifiques sur les problèmes causés par l'agriculture intensive ; dixit Jean-Marc Jancovici dans son livre "C'est maintenant ! Trois ans pour sauver le Monde", janvier 2009 (il ne reste plus que 10 mois pour le sauver)!
(**) Il n'y a pas de fumée sans feu, alors bonjour Rachida et Nicolas.