Aucune nouvelle de l'Académie française !
Pourtant cela fait deux mois déjà que Madame le Secrétaire perpétuel a reçu un courrier d'écodouble, concernant les 27 000 morts du 22 août 1914 - une paille ! et dont on peut dire qu'ils ont été menés là où ils sont par messieurs Joffre et Foch, tous deux décédés aujourd'hui, mais toujours immortels, malgré leur impardonnable faute.

De deux choses l'une : soit les immortels actuels sont morts cérébralement et ils ne peuvent donc pas répondre, soit ils ne savent ni lire ni écrire et là, pareil ! pas de réponse possible.
Mais non, je déconne ! Dans cette Académie, on n'entre que si l'on a des lettres, des dents et des antécédents, voire des Ancêtres, avec un "A" majuscule je vous prie. Donc, ses membres savent écrire, avec leurs mains et même, souvent, avec leurs pieds ; du moins tant qu'ils ne sont pas séniles ou amputés ; ou qu'il n'ont pas perdus la tête, bien qu'une telle perte importe peu, puisqu'il y a l'immortalité en corollaire.
En fait, l'absence de réponse est plus probablement due à une grève de La Poste, ou bien à un incendie quai Conti, ou bien à un article du dictionnaire qui donne du fil à retordre, ou bien encore à une guerre accaparante contre les mots anglais qui envahissent notre quotidien et que nos braves épéistes en uniforme vert martien ont la charge de combattre.
Laissons le temps au temps : la réponse va arriver, puisque je me suis bien et poliment exprimé, que la requête, objet de ma lettre, est justifiée et légitime et bien peu susceptible de les gêner aux entournures, vu l'ancienneté des faits.
Mais bon ! au cas où cette première lettre se serait perdue, je vais quand même faire une nouvelle lettre ; pourquoi pas en m'inspirant de celles qu'on reçoit tous les trois-quatre jours de la part d'EDF. Vous savez bien, ces lettres qui vous harcèlent, qui arrivent en rafale dans les trois jours suivant la réception de votre facture d'électricité qui date, elle, du premier du mois mais qui a été envoyée seulement le 7 ou le 8, tout en exigeant un paiement encaissé le 15, faute de quoi vous prenez 7,50 euros d'amende, d'office, pour une facture de 45 euros, dont 40 pour le seul abonnement. (Les patrons de banque doivent s'émerveiller d'un tel procédé : tant de savoir-faire, tant de talent de la part des financiers d'EDF pour extorquer des fonds ! Et pour inciter à la consommation, puisque l'abonnement est plus cher que l'énergie, les pauvres étant ainsi pénalisés par rapport aux riches.)
Mais promis, je n'exigerai pas de la docte assemblée qu'elle me paie des frais de relance à la hauteur de ceux demandés par la très noble entreprise de la future apocalypse nucléaire éternelle. Non, je ne lui en demanderai pas ! Car j'ai de l'éthique et de la morale, moi. De celles qu'on apprenait dans les écoles de la IIIe République, ces écoles qui fournirent plein de petits jouets à Joffre et consorts.

Mais bon sang, quelle chance j'ai ! Entretenir une relation épistolaire avec l'Académie ! Avec tous ses grands écrivains, médecins et cardinaux ; avec ses grands corrompus, pardon ! politiques, journaliste et économistes ; ses grands assassins, re-pardon ! militaires. Tous comme posés sur les plus hautes étagères d'une bibliothèque, avec la poussières et les livres qui ne sont jamais lus.

Enfin, bref ! Si, par un pur hasard, me parvenait une réponse de l'auguste confrérie et que cette réponse ne fût pas écrite en langue de bois, alors encore promis, je supprimerais ce billet que vous lisez, par trop insolent, fruit d'un égarement inqualifiable. Sauf, du moins, pour le volet EDF...