Enfin, la semaine de l'hyper-consommation se termine.

Depuis dix ans presque, je n'ai plus la télé mais j'ai pu ces derniers jours, à la faveur d'un séjour en famille, me désespérer du niveau atteint par cet outil de désinformation et de déshumanisation.
Maintenant, je vous le dis tout de suite, si vous faites partie de la grande majorité de mes compatriotes qui trouvent que les informations diffusées sur les minables grands médias sont trop tristes et pas assez positives (*), je vous invite à ne pas lire ce qui va suivre.
Ne lisez pas parce que le petit écran vous a gavé de recettes pour de grandes bouffes et de conseils pour acheter des trucs débiles et inutiles. Ne lisez pas parce que vous êtes maintenant en pleine crise de foi(e), ivres de matérialisme, parce que vous avez regardé des programmes plus imbéciles les uns que les autres qui vous ont mis en joie tout autant que le contenu du JT de 20H00 vous horrifie avec ses guirlandes de faits divers.
Oui, ne lisez pas car il vous serait impossible de supporter le brusque retour à la conscience du réel (la conscience, cette cousine de la spiritualité non religieuse et de la contemplation de la Nature) que provoquerait la lecture des lignes qui suivent.

Si maintenant vous lisez encore, c'est donc que vous ne faites pas partie de la pléthore dévitalisée du bulbe par la peste cathodique. Vous, vous savez que le Monde doit changer grâce à un changement de nos consciences, même si ce n'est pas gagné parce que la téloche fait méga bien son boulot de sape.
Dès lors, nous les conscient(e)s, nous les réalistes, qui ne sommes pas des autruches, nous pouvons envoyer un message fraternel à la grande partie de l'Humanité oubliée des médias ! Nous voulons dire :
- à vous les enfants esclaves victimes de monstres ou des multinationales ;
- à vous les enfants qui ne peuvent pas aller à l'école ;
- à vous les irradiés de Tchernobyl, de Fukushima ou d'ailleurs ;
- à vous les futurs irradiés de France ou d'ailleurs ;
- à vous les victimes et malades des pollutions militaires et industrielles ;
- à vous les rebuts de la mondialisation ;
- à vous les exclus du progrès techno-scientiste ;
- à vous les zadistes de partout, en lutte contre les projets inutiles et mortifères ;
- à vous les opposants aux dictatures qui naissent partout ;
- à vous les prisonniers et prisonnières du Camp 14 en Corée du Nord ;
- à vous les prisonnières et prisonniers de tous les camps du Monde ;
- à vous les condamné(e)s à mort ;
- à vous les injustement emprisonné(e)s ;
- à vous les paysans et paysannes spoliés ;
- à vous les victimes involontaires des pesticides ;
- à vous les chassé(e)s, déporté(e)s et opprimé(e)s ;
- à vous les minorités persécutées ;
- à vous les esclaves ;
- à vous les menacé(e)s ;
- à vous les mourants sous le joug de la finance ;
- à vous les réfugiés climatiques et écologiques ;
- à vous les réfugiés de guerres ;
- à vous les immigré(e)s perdu(e)s sur les mers, victimes de passeurs immondes ;
- à vous les femmes et les filles du Kivu détruites par des fous inhumains à cause de nos téléphones portables ;
- à vous les filles et les femmes d'Irak violées et tuées par les plus grands dégénérés pervers et frustrés qui soient ;
- à vous toutes, les femmes, victimes de la violence de mâles mauvais ;
nous voulons vous dire que nous pensons très fort à vous, que nous voulons que vos conditions de vie changent, que nous essayons de les faire changer par nos discours, nos actions et nos engagements ou encore par nos façons d'acheter.



Nous allons vivre dans les mois qui viennent, un grand effondrement des places financières. Il sera la conséquences de la finasserie amorale des banques et de leurs spéculations, lesquelles continuent puisque nous n'avons pas exigé qu'elles soient interdites bien que depuis 2007, année du précédent accès de crise, nous connaissons parfaitement les dégâts qu'elles génèrent sur l'économie et la biosphère.
De cet effondrement financier, soit il résultera un effondrement de la société et alors nous deviendrons tous des gens égaux dans le malheur de la guerre perpétuelle et qui, à terme, fera disparaître le genre Homo, soit il naîtra une économie écologique qui permettra la paix et le bien-vivre car, toutes et tous, nous aurons la possibilité de nous éduquer, de nous cultiver, de nous soigner, parce que nous aurons fait, tous et toutes, le choix d'une société de coopération et que nous auront abandonné définitivement la société de la compétition. Nous n'avons plus qu'à choisir !

Hélas, personnellement, je crois, que nous choisirons le déclin et la guerre perpétuelle car la télé fait téra trop bien son boulot pour bien nous faire aller dans le sens de la pente, sans résistance aucune de notre part.
Et finalement ce sera bien fait pour nous, nous les encore nantis qui pourrions encore agir, tous ensemble, mais qui n'agissons pas car nous ne voulons pas nous avouer, tous ensemble, que le bonheur par le capitalisme se révèle être une chimère mortelle tout autant que la plus grande utopie de l'Histoire de l'Humanité .
À force de trop éluder les horreurs et les injustices que nous pourrions, tous ensemble, éradiquer, à force de vouloir toujours procrastiner la nécessaire évolution collective de nos esprits, à force de vouloir toujours plus alors que le monde n'est pas infini, il arrive un moment où il est trop tard. Ce moment est arrivé.
Voila pourquoi, nous pouvons souhaiter à nos congénères stupides une bonne année 2015, pleine d’égoïsme et de consommation, en toute inconscience et nuisible liberté, en espérant qu'ils ont, jusqu'à présent, bien profité.
Voilà pourquoi aussi, fort de notre impuissance, nous ne pouvons qu'envoyer un message au peuple des déjà perdus qui grandit chaque jour qui passe.
Quant à vous les réalistes, vous qui avez le courage de chercher à savoir, vous qui voudriez agir, vous qui êtes ainsi de réels humains, continuez ! Il y aura peut-être un miracle.

(*) D'après un sondage rendu public il y a peu, je ne sais plus où.