J'étais à Notre-Dame-des-Landes le 4 novembre dernier.

Panneau_NDDL.JPG

Après être passé à La Vacherie, Quartier Général de la résistance à l'imbécile et inique projet d'aéroport, où des opposants racontaient aux nombreuses personnes présentes - qui amenaient vivres et vêtements - la réalité de la situation sur "le champ de bataille" durant les jours précédents, je me suis rendu au lieu-dit "Le Tertre". Je voulais voir comment Jean-Marc Ayrault Premier Ministre et son corrupteur VINCI avaient, deux jours plus tôt, fait démolir une petite ferme habitée par des opposants au projet d'aéroport.

La maison n'était plus que tas de moellons et enchevêtrement de pièces de bois.

Le_Tertre_NDDL.JPG

Ruine_maison.JPG

Attila n'aurait pas mieux fait !

Derrière la maison, il y avait un hangar : Murs en parpaings, charpente métallique et couverture en fibrociment contenant de l'amiante ; rien que de plus banal dans la campagne française.
Cette construction était désormais réduite à un amas de gravats de béton, ...

Ruines_Hangar.JPG

... hérissée de ferrailles, ...

Plaques.JPG

... le tout saupoudré de poussières d'amiante ...

Detail.JPG

... résultant du broyage bien fin, ...

Fibrociment_chenille.JPG

... à la chenille de pelle mécanique, de la couverture en fibrociment.

Il n'est pas fin le Ayrault qui ment en nous disant que son aéroport est nécessaire au bonheur des gens.
Le Ayrault, il y est allé Franco (Tiens ! un autre dictateur !). Il ne s'est pas laissé embarrasser par un peu d'amiante ! Pardi !
Tout comme Martine Aubry ne s'était pas non plus laissée embarrasser, il y a quelques années, par de colossales quantités de ce même matériau.
Finalement, ce qui est bien avec les socialistes, c'est qu'ils ont des traditions : Les problèmes sérieux, ils ne les traitent pas !

Car je dois là préciser qu'en France, sur un chantier qui respecte la loi, un simple bout de matériau contenant de l'amiante provoque un arrêt des travaux autour de l'endroit où il a été découvert ; jusqu'à ce que le fragment soit débarrassé par une entreprise habilitée.
Le hangar aurait donc dû être déconstruit par une entreprise spécialisée, ses travailleurs équipés de combinaisons et de masques à poussières, et non pas ruiné et broyé par un engin de terrassement. (Espérons que les flics qui "protégeaient" la démolition hors la loi, le conducteur de l'engin démolisseur et les six jeunes opposants qui étaient sur le toit du hangar quand il fut abattu, n'auront pas de cancer de la plèvre, dans 20 ou 30 ans).
Que le hangar ait été ainsi écrasé, constitue la preuve que le baron Ayrault considère que Notre-Dame-des-Landes n'est pas en France ; que ce lieu fait partie de son domaine privé à lui. Et sur son domaine, il entend satisfaire ses envies, envies qui font les affaires de ses amis de VINCI ; et inversement très vraisemblablement.
Ainsi, VINCI a d'ores et déjà reçu 300 millions d'euros d'argent public pour construire l'Ayraultporc dans le cadre d'un PPP.
Constatons dès lors que les PPP ne sont décidément pas ce qu'on nous avait dit qu'ils seraient.
Corruption quand tu nous tiens !

Car la corruption elle est bien là !
Savez-vous qu'un des "amis" du sinistre dictateur nantais, l'ancien préfet ayant mené l’enquête publique de "'ayraultporc" (préfet qui a aussi ordonné, en son temps, un assaut des forces de l'ordre ayant coûté un œil à un jeune opposant à ce projet), s'est fait embaucher dans cette merveilleuse firme qu'est VINCI, la Goldman Sachs du BTP.

Mais où es-tu donc Démocratie, maintenant que l'oligarchie s'est installée, que ceux qui étaient censés gérer l'intérêt général et nous protéger nous trahissent ?
C'est ta disparition qui nous conduit à lever des barricades, ...

Barricade.JPG

... aidés par de fidèles compagnons à quatre pattes.

Cabot_de_barricade.JPG

Et si déjà de nombreuses maisons de la résistance et leurs jardins potagers ont été rasés par les oligarques, l'esprit demeure.
Ce que l'on peut lire sur cette plaque de bois, gisant au lieu-dit "Le Liminbout", près d'une maison démolie par la mafia politico-terrassière, c'est l'esprit de notre révolte.

Devise_NDDL.JPG

Il va vous falloir céder les larrons ! et laisser aux générations futures les terres agricoles dont elles auront besoin, terres que vous voulez brûler et bétonner.
Sinon, d'ici peu, il se peut que vous dansiez, raccourcis, au bout de longues piques !

En attendant, sur le terrain, des lieux de résistance se reconstruisent, au fur et à mesure que d'autres sont rasés.
Si vous voulez résister et soutenir la reconstruction, rendez-vous samedi 17 novembre sur place.