Il y a quelques jours, nous avons pu contempler le ciel comme le voyaient tous nos ancêtres, sans aucune déchirure de condensation marquant le passage des machines volantes à brûler du pétrole.
La faute à quoi ?
La faute à quelques misérables petits grains de sables qui ont tout grippé dans la machine infernale et trop complexe du transport aérien de masse, le truc sans doute le plus "inécologique" de l'Histoire de l'Humanité.
Simplement de tout petits grains de sable !
Espérons que le pic du pétrole, maintenant avoué par l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), ne sera pas un grain de sable trop gros. Le grippage pourrait être total et définitif : comme si une sorte de grippe mortelle frappait tout à la fois l'aéronautique, le naval et l'automobile ; sans la possibilité d'un quelconque vaccin.
En bref, la fin de l'actuelle économie qui est bien peu de chose face à la Nature et à ses Lois.
Ce serait là un évènement volcanique et explosif qu'aucun dirigeant n'aura vu venir.

Et, pour finir, quelques photos du ciel de Nantes ... juste à côté de l'usine Airbus. Sourire ironique.