Ecodouble

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Messages personnels

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 31 décembre 2018

Le mot "écologie" à toutes les sauces : Message à Manu

Notre Manu-national vient de nous en sortir une bien bonne lors de ses vœux télévisés : Voilà qu'il veut une "écologie industrielle" ! Qu'est-ce qu'on se marre avec ce banquier ! Il est vraiment impayable ! "L'écologie industrielle" ! Wouaaarffff, warffff, warffff ! C'est un peu comme si l'on disait avec sérieux que la finance néolibérale est Sœur Emmanuelle incarnée ! Yalla !
Aller Manu, t'as besoin d'une leçon ! Assied toi et écoute, pour une fois !

L’écologie est une science, et rien d'autre qu'une science, qui existe bel et bien, telle quelle.
Au regard de la biologie, c'est la science qui étudie les êtres vivants et les interactions qu'ils ont entre eux et avec le biotope au sein duquel ils vivent.
Au regard de la physique c'est plutôt la science qui étudie les échanges de matière et d’énergie entre des êtres vivant dans un espace et les échanges que ces êtres ont avec cet espace.
Ces définitions posées, on peut dès lors affirmer trois choses :
En premier lieu qu'il est scandaleux d'utiliser le mot "écologie" pour désigner une autre chose que ce qu'il désigne, en l’occurrence l'étude du seul et unique système - la Nature - qui permet à l'Humanité de vivre, pour la bonne raison que cela revient à vouloir tromper son auditoire : l'écologie ne sera jamais une politique ! et surtout pas une industrie ! comme tu viens de le laisser penser ;
En second lieu que l'écologie c’est de la thermodynamique - la science qui se consacre à l'étude des échanges de matière et d'énergie entre les systèmes - plus précisément de la thermodynamique appliquée au vivant, puisque les écologues, quand ils travaillent à leur science, étudient les échanges de matière et énergie entre les champignons, bactéries, plantes et animaux dans leurs biotopes.
En troisième lieu, découlant des deux premières affirmations, qu'il est possible de considérer que "écologie" et "économie" serait une seule et même chose si une économie écologique, c'est-à-dire l'écodouble, était mise en place, car une économie et un biotope sont toujours des espaces dans lesquels il y a des échanges de matière et d'énergie.

Mais pour l'instant, lorsque toi, Manu, et tes collègues politiques parlez "d'écologie", le mot "écologie" est chaque fois dévoyé car vous ne faites alors jamais référence à la science elle même mais seulement à des aménagements fiscaux ou légaux que vous croyez bons de faire dans l'actuel système économique ; ces aménagements générant, au bout du compte deux choses :
- des profits toujours plus croissants pour les grands groupes industriels, ce qui, entre parenthèse, est l'effet que vous recherchez ;
- des pollutions, ou externalités négatives, toujours croissantes en réalité, alors que vous pensiez qu'elles auraient été réduites grâce aux complexifications des processus que vous n'avez de cesse d'imaginer, ceci prouvant que vous êtes des ignares en thermodynamique.
En fait, jamais, Ô grand jamais ! volontairement ou pas - là n'est pas la question, vous n'utilisez le mot "écologie" dans l'optique de remettre en cause le système néolibéral fondé sur la destruction rationnelle et planifiée de la Nature. Jamais vous ne condamnez le capitalisme qui s'approprie le minéral et le vivant. Jamais vous ne mettez à l'index la marchandisation, le consumérisme, la croissance, la bagnole, les multinationales et les géants du Net, qui sont pourtant les plus grands pollueurs et consommateurs de ressources de l'Histoire humaine.
Au contraire, toi et les autres n'avez de cesse de renforcer ce système, par exemple en affirmant qu'avec plus de numérisation, plus de Linky, plus de smart-machins, de smart-bidules et de véhicules électriques, "pour plus d'écologie", nous arriverons à sauver le Monde. En ajoutant même, comme le martèle, entre autres, l’incroyable drôlesse du Poitou, qu'il "faut en finir avec l'écologie punitive" ; qu'il ne faut considérer que "l'écologie positive" ; celle qui génère de la "croissance verte" ; et ça parce que "ça suffit !"
Avec de tels discours, en fait, vous nous prouvez, je le répète, que vous ne savez rien des Lois qui, par dessus toutes les petites lois que vous nous imposez (en faisant semblant de les faire voter par les marionnettes des parlements), gèrent, gouvernent et imposent sur Notre Terre, au ciel et dans l'Univers.

Manu, toi et tes camarades à la très nuisible tendance pantouflarde de l’École de la Nullité Absolue, mais aussi tes collègues de la politico-ploutocratie, ne savez donc rien de ce qu'il faudrait absolument savoir sur les Lois de la Physique. Et quelqu'un qui ne sait rien sur le sujet si capital de ces Lois, Manu, au point où nous en sommes du réchauffement climatique et de la destruction du biotope Terre, a désormais deux obligations :
- celle de se taire, pour ne pas raconter des conneries et, ce faisant, parasiter le débat démocratique ;
- et celle de laisser la parole à ceux et celles qui savent.
Ainsi, cela donnerait une chance aux Peuples - qui seraient alors enfin éclairés - pour que les solutions permettant d'assurer un avenir à l'Humanité puissent être mises en pratique. Le but de la politique n'est-il pas, en effet, d'assurer les conditions pour que la Société puisse vivre ?
En tout cas, nous en sommes à un point tel que nous n'avons plus le choix : C'est uniquement si vous, les actuels politiques, du passé et dépassés, fermez vos gueules, de quel que bord que vous soyez, que nous pourrons éventuellement nous sauver car jusqu'à présent vous n'avez fait que nous conduire vers la mort. Et la chose ne sera pas gagnée pour autant si ce ne sont que les discours des gilets jaunes sur le "pouvoir d'achat", "les taxes sur l'essence" et autres revendications sur le "plus-consommer" et le "plus-d'argent" qui passent sur les ondes des médias de masse. Ces derniers devraient plutôt nous parler de biens communs, de partage, de solidarité, de coopération, d'interdiction de la spéculation, de suppression du lobbying, de très forte taxation du kérosène et du pétrole en général, de nourriture sans taxe, de maisons en terre, ou en paille, ou en pierre, ou en bois, de boycott à mener contre le ciment, d'instruction gratuite des enfants, de restauration des biotopes, de plantation d'arbres, d'agriculture sans pesticide, de système de santé assurant la gratuité, d'économie d'énergie et, parce qu'il faut toujours y penser, encore d'économie d'énergie.
Hélas ! la télé, bien en phase avec toi, Manu, depuis une semaine que je la regarde chez mes parents, ne diffuse que des pubs pour des bagnoles ou des téléphones et, durant tous les temps d'infos, des reportages débiles consacrés à la bouffe : Consommez, consommez, consommez ! Le Monde s'effondre ? Mais circulez ! il n'y a rien à voir.
Qu'ils sont tristes les naturalistes de tous les pays, ces lanceurs de la Grande alerte, de ne pas du tout être entendus !

Manu ! Cette année, tu as fait voter une loi en faveur d'un pesticide, tu n'as toujours pas fermé Fessenheim, tu as laissé VINCI couper des arbres et détruire le Hamster d'Europe en Alsace, tu as bradé la forêt française à des intérêts privés pour soi disant développer la filière bois-énergie alors que ce développement se fait à l'aide d'immenses flottes de camions, tu as pollué la zone humide de Notre-Dame-des-Landes en période de reproduction des amphibiens, tu as perquisitionné chez des avocats et des citoyens luttant contre le nucléaire et tu les as mis sur écoute tout en leur interdisant de se réunir, tu as prolongé la validité du permis de construire du Center Park de Roybon, tu as vendu les barrages hydro-électrique de France à des intérêts privés, tu t'es couché devant les chasseurs... et tu viens nous dire que tu vas continuer dans la voie de l'écologie en 2019. Allons, Manu ! T'as pas l'impression que tu te fous de nos gueules ! ?

Maintenant, si tu veux être un Président, c'est-à-dire une personne que je vouvoierais, alors il faut que tu apprennes des choses nouvelles (Rerum Novarum), que tu as jusqu'ici systématiquement ignorées, et qu'ensuite tu agisses sur les bases de ce que même moi, pauvre hère à petit diplôme, je suis en mesure de t'apprendre, à savoir que :
- Tu fais partie des gens qui envoient le Monde à l'effondrement complet car tu ne fais rien, contrairement à ce que tu affirmes, absolument rien, en faveur de la biosphère ;
- Tu ne sais rien de l'écologie et rien de ce qu'est l'énergie pour l'économie - tu n'as même pas parlé de la raréfaction du pétrole dans tes vœux (qui resteront pieux) ;
- Si tu veux prononcer le mot "écologie", tu dois dorénavant le faire de façon honnête, car ce mot désigne une chose devenue prioritaire et sacrée dans le contexte actuel du Monde ;
- Si tu veux vraiment œuvrer pour la Paix et l'Environnement, il faut que tu travailles, de toutes tes forces, et avec succès, à la mise en place d'une nouvelle économie : l'économie écologique.
Cette économie écologique peut être définie comme l’économie de l’économie de l’énergie, i.e. l’économie dont l’approvisionnement énergétique est quasiment exclusivement extrait du flux d’énergie solaire.
Dans cette économie, on ne consomme du pétrole que pour les secteurs de la santé, des secours, de l’instruction, de la recherche fondamentale et un peu pour l’agriculture.
C’est aussi l’économie de la coopération et de l’association, à petite échelle, entre les humains mais aussi, et surtout, avec le biotope Terre ; que les humains, jusqu’à présent, n’ont eu de cesse de détruire, au cours de tous les âges passés.
Dans cette économie, les mégapoles ne peuvent plus être. La vitesse est ruinante.
Dans cette économie, détruire un objet géologique ou un objet vivant fait perdre de l’argent.
A contrario, dans cette économie, réparer la Nature, planter des arbres locaux, protéger des espaces encore préservés, construire avec des matériaux locaux et naturels, se déplacer lentement… font gagner de l’argent.
En gros, dans une économie de ce type, dite de "très basse entropie", nos lois sociétales et économiques doivent être assujetties aux Lois de la Physique et ne doivent surtout pas s'opposer à Elles ; ce qui veut dire qu’aucune loi votée dans un parlement, quel qu’il soit, ne doit plus pouvoir déboucher sur la possibilité d’altérer les services écosystémiques rendus par la Nature. Sans quoi, c'est une mauvaise loi.
Voilà ! C’est finalement assez simple, le système qui peut sauver l’Humanité. Hein, Manu ?

Maintenant que tu sais ce qu'il faut, Manu, il ne tient qu'à toi d'être un bon Président ; à qui l'ensemble des fhœmmes de France, et du Monde ! pourraient avec plaisir et enthousiasme te souhaiter une bonne année.
En l'état, je ne peux que te souhaiter : Bonne crise financière !
Car j'espère que tu es au courant qu'on repart bientôt comme en 2008 ; puisqu'en 10 ans, tes chers amis les banquiers, qui savent gérer l'argent mieux que personne parait-il, ont réussi l’exploit de doubler la dette du Monde ; et ce malgré les milliers de milliards de dollars et d'euros que nous, les Peuples, leur avons donnés durant cette décennie tout juste terminée.
P'tain Manu ! Tu viens peut-être de te rendre compte que tu ne veux plus être à ta place !

samedi 1 septembre 2018

C'est celui qui dit qui est

Le petit jupiter, grand d'inintelligence et de malhonnêteté - on le découvre chaque jour un peu plus, s'est permis de se payer notre tête en nous traitant, dans une contrée étrangère de surcroit (il n'en est pas à une trahison près !), de "gaulois réfractaires à tout changement".
Aussi, bien qu'il ait pu se faire payer, en tant que jeune haut-fonctionnaire pantouflé, 3 millions d'euros pour deux ans de " travail" - disons plutôt "basses besognes" - dans une saloperie de banque privée qui organise, avec ses homologues, la destruction méthodique de la Planète, on peut le dire : ce type est drôle au point d'être impayable !

Impayable, oui ! Mais en même temps néolibéral obtus jusqu'au-boutiste !
En effet, même si le système qu'il défend est entièrement responsable de la plus colossale crise écologique de l'Histoire de la Terre, crise chaque jour démontrée par les données scientifiques, crise multifactorielle et exponentielle en vitesse de propagation, crise aggravée par la raréfaction des ressources naturelles et la "surpollution", par des guerres et le bouleversement du climat qu'elle induit, ce qui laisse des pays dans le dénuement le plus complet, ce qui amplifie la pauvreté partout, ce qui broie les Humains,... le type, il garde le cap vers le chaos.
Car au regard de ce constat, il ne change pas d'un iota, son action se résumant à écraser, chaque jour un peu plus, la Nature et les petites gens, partout où s'étend son pouvoir, dans le seul but de favoriser toujours plus les hyper-riches.

Pourtant, il devrait changer le mec ! Car devant l'effrayante et toujours plus prégnante réalité socio-écologique qui s'installe, toute personne sensée se remettrait en question, douterait, réfléchirait.
Ben lui, non !!!!
Il ne change pas le type !
Il ne voit ni ne sent rien !
Sa pensée n'évolue pas !
Ses idées restent les mêmes.
Il s'entête a être un néolibéral, un néolibéral chaque jour plus affirmé, plus sectaire, plus convaincu, plus endurci, plus fanatique, plus dictatorial.
C'est un fou dont la folie ne cesse de croître.
Et sa prière mortifère, il la dit chaque jour avec plus de ferveur : "Seigneur Capitalisme, faites que la planète soit détruite.
Au Nom du Néolibéralisme, de la Croissance et de la Sainte Dérégulation ;
Amène le fric !"

Le type, en fait, il est pathologiquement "réfractaire à tout changement" du système. Il est le fou-furieux-giga-imbécile qui ne change jamais d'avis ! Même devant l'évidence.
Sa conduite, on peut le dire, c'est du terrorisme global !

mercredi 11 juillet 2018

Aphorisme glacial pour un été chaud

Dans notre présent, le futur est désormais du passé.

dimanche 7 janvier 2018

De la Nature, tout en aphorisme.

Natura solus deus

Nihil sacri ad Naturam

Continuons à détruire la Nature et elle nous éliminera. Mais commençons à en prendre soin, à la restaurer, à la contempler, à la choyer grâce à ce que nous savons déjà sur elle, et il y a de bonnes chances qu'elle puisse nous conserver.

samedi 9 septembre 2017

La réalité du progrès

L’Humanité aurait fait un réel progrès si elle avait su abandonner, une bonne fois pour toutes, définitivement, le système croissanciste et spéculatif mis en place depuis le Néolithique, celui-ci consistant à faire exploiter notre Nature, considérée à tort comme infinie, par de « basses castes » assujetties à des « zélites » toujours d’autant plus nulles et peu nombreuses que leur puissance devenait grande.

Désormais, c’est foutu ! Les limites de la Nature ont été atteintes et dépassées, et le fait incroyable que l'Humanité consomme en huit mois ce que Notre Planète fournit en douze mois le prouve incontestablement.
Les Humains qui verront la lumière s’éteindre pour notre espèce sont déjà nés.
Il n’y a donc plus lieu de croire encore à un quelconque progrès.

mercredi 16 août 2017

De notre futur, tout en aphorismes

Sur Terre, nous avons dépassé les limites permises par les Lois de la Physique, ce qui fait qu’à présent notre futur n’est plus que du passé.

Si l’Humanité veut garder une chance de continuer son Histoire, il faut interdire la publicité.

Continuons sur la voie de la consommation et à la fin du siècle il n’y aura plus d’Humains.

Arrêtons de tourner en rond avec les révolutions qui, jusqu’à présent, nous ont emportées sur les flots d’une Histoire incontrôlée. Choisissons l’évolution comme solution pour retrouver la possibilité d'un futur, futur qui avancera dès lors sur une voie maitrisée.

Favoriser la Nature revient à s’assurer un avenir.

La disparition de l'Humanité est en marche.

L'Humanité vient d'entamer la dernière ligne droite de sa longue marche vers l'extinction. Cette dernière ligne droite sera courte mais l’apocalypse biblique restera une joyeuseté en comparaison.

Tout semble bien aller du moment que la consommation continue.

Dans notre société de consommation, il n'y a point de passé et point de futur : Seul le présent compte ; en argent !

mardi 15 août 2017

De l'argent, tout en aphorismes

Les riches ont-ils déjà pensé au fait que leur précieux argent n’est plus que de l’électricité dans des serveurs ?

Le plus grand casse de l’Histoire aura lieu le jour où le courant sera coupé.

L'argent rend aveugle. L'argent rend fou. Il est la pire des drogues.

samedi 12 août 2017

Du Peuple, de l'Humanité et des Humains, tout en aphorismes

Rien ne vaut plus que l’instruction et l’éducation pour faire des êtres humains.

Le problème que génère la surpopulation galopante sera en voie de règlement lorsque tous les enfants du Monde seront systématiquement scolarisés dans le seul but d’apprendre à lire, écrire, compter, cela afin de pouvoir découvrir les sciences, les littératures et la réelle Histoire de l’Humanité.

Si l’Humanité veut garder une chance de continuer son Histoire, il faut interdire la publicité.

Certes, le Peuple est le plus grand ! Hélas, faute d’éducation et d’instruction suffisantes, il n’est, systématiquement, que l’amalgame de petits esprits.

Le Peuple ne vaut que s'il se voit constitué de citoyennes et de citoyens. Il n'est rien et ne peut rien s'il s'avère être un ramassis de consommateurs et de consommatrices.

Le Peuple n’est rien sans la Nature.

À la fin du siècle, il n’y aura plus d’Humains.

Pour que l'Humanité puisse perdurer, ce n’est pas d’une énième révolution dont nous avons besoin. Non ! Ce qu’il nous faut c’est une évolution de notre esprit !
Il ne tient qu'à nous de commencer cette évolution.

Réussir sa vie consiste à essayer de comprendre ce qui nous entoure.

Vivre, c’est chercher à comprendre.

Un humain ne peut réussir sa vie que s’il s'emploie à comprendre le fonctionnement du Monde.

jeudi 10 août 2017

De la machine, tout en aphorismes

Un jour Internet s’arrêtera, tout simplement parce qu’un jour il a commencé.

L’arbre, fruit de 400 millions d’années d’évolution, est la meilleure machine pour capter l’énergie solaire, et cela, pour toujours !

Une machine compliquée est une mauvaise machine. Une bonne machine est simple, sobre en énergie et, surtout, réparable.

L’ingénierie du futur ne sera que si elle s’emploie à la simplification de la technosphère.

mercredi 9 août 2017

De l'Énergie, tout en aphorismes

Sans Énergie, pas d'économie.

Avant de parler d'économie, politiques, journalistes, industriels et financiers devraient toujours commencer par parler d'Énergie.

Les mieux à même de parler d'économie sont celles et ceux qui savent ce qu'est l’Énergie.

Les économistes en vogue ne savent rien de L’Énergie. On ne peut qu'en conclure qu'ils ne savent donc rien en matière d'économie !

Il est impossible de tricher avec l’Énergie car elle est une sorte de monnaie, invisible mais bien présente dans tous les échanges, qui ne peut être ni surévaluée, ni dévaluée.

L’Énergie est indispensable pour l'économie. L'inverse n'est pas vrai.

L’Énergie est la Monnaie Universelle ; et il n’y a pas de planche à billets pour créer de cette Monnaie.

L’Énergie est la Monnaie de l’Univers.

Rien ne se passe s’il n’y a pas d’Énergie en jeu.

L'Énergie, ce grand tabou en politique !

L'Énergie, ce point capital toujours ignoré !

L'Énergie, ce truc qui emmerde tout le monde !

Un âge va venir où un litre de pétrole pourra valoir 100 millions d'euros. Et comme les humains sont fous, il se peut que ce litre puisse valoir encore plus.

L’Énergie de notre économie provient exclusivement du Soleil.

Seule la capacité de la Nature à concentrer de l'énergie solaire au cours des temps géologiques a permis notre actuelle économie, celle-ci ayant pour seul principe la consommation de cette Énergie stockée pour désintégrer la Nature. Cela va nous faire disparaître.

vendredi 4 août 2017

De l'économie, tout en aphorismes

Il ne peut y avoir de croissance économique que si, chaque jour, le Monde brûle plus de pétrole qu’il en a brûlé la veille.

Dans notre économie, le pétrole est l’énergie indispensable pour tout.

Aujourd’hui, tout est pétrole.

L’argent, depuis le Néolithique, a toujours été obtenu par consommations d’énergie. Désormais nous devons faire en sorte que la production d’énergie par captation de l’énergie solaire soit de l’argent ; l’Arbre devant être le capteur principal pour atteindre ce but.

Pour vivre, laissons vivre.

Ne combattons plus la Nature. Allions-nous avec elle pour mettre en place une réelle économie écologique : l'écodouble.

Favoriser la Nature peut être le principe économique de notre futur.

Le processus économique ne peut plus être basé sur la compétition. Seule la coopération peut maintenir ce processus et, au-delà, la civilisation.

L’économie doit puiser ses ressources dans le seul flux du rayonnement solaire.

L'économie n'a jamais été une science dure, et elle ne pourra jamais l'être car elle ne s'intéresse pas aux phénomènes énergétiques.
Pour tout dire, elle n'est pas non plus une science humaine.
En fait, les économistes s'apparentent seulement aux astrologues, surtout par le fait qu'ils sont incapables de prévoir l'avenir.

jeudi 3 août 2017

De nos politiques, tout en aphorismes

L’absence de vision n’est pas la règle chez les Humains mais demeure une constante chez les politiques.

La pensée stérile n’existe pas, sauf chez les politiques.

Les politiques sont toujours des gens du passé.

Pour assurer un futur, il faut être visionnaire. Hélas, les politiques n’ont jamais cette qualité.

Les politiques n’ont jamais rien su de la réalité.

Un politique honnête ?!? Oxymore !

lundi 31 juillet 2017

De nos religions, tout en aphorismes

Il n’existe pas une seule religion qui ne contienne pas intrinsèquement, sans qu’elle puisse en être purgée, des arguments pour justifier les pires et les plus inimaginables débordements de violence.

L’argent est un dieu.

Le vrai dieu des religions est l’argent.

Les religions entretiennent les guerres et inversement.

Les religions vivent de la guerre.

S’il faut un Dieu sur Terre, seule la Nature, avec sa biodiversité, peut prétendre à ce titre. S’il faut un Dieu au ciel, ce ne peut être que l’Univers tout entier. En tout cas, toute invention humaine, intellectuelle ou matérielle, s’avèrera toujours impropre pour ce titre.

Natura sive deus

L’opium conduit à la mort. Mais les religions sont pires que l’opium en ce sens qu’elles nous conduisent vers l’Apocalypse.

Il y a pour tout des limites. Les religions donnent l’impression qu’il est possible de les supprimer.

Le néolibéralisme est la religion de notre président jupitérien.

Le néolibéralisme sera la religion de notre fin.

Étudier les religions reste le moyen le plus sûr de découvrir tous les travers des Humains.

lundi 4 janvier 2016

De retour des Terres Australes

Il aura suffit que je m'absente quatre mois pour que le pays bascule ouvertement dans la dictature. Sans blagues, vous déconnez grave !

On nous surveillait déjà de près sur le Net depuis un an.
Avec le 49.3, on avait fait passer une loi retro active sur les permis de construire l'été dernier.
Voilà que maintenant on a l'état d'urgence et que, sous prétexte de terrorisme, on peut se retrouver en résidence surveillée, comme en Birmanie qui est un modèle de démocratie, tout le monde le sait.
Toutes ces nouveautés ont été inscrites dans la loi par les socialistes, ces braves gens qui osent tout, même ce que la droite néo libérale n'oserait pas !
Le petit caudillo Manuel a sans nul doute la prochaine étape bien en vue : que "terroriste" devienne synonyme de "kyste à éliminer", la novlangue permettant tout. Les ZAD de France pourront ainsi être rayées de la carte, la jeunesse qui les peuple nuisant aux intérêts d'amis puissants. Et peu importe si le capitalisme outrancier se trouve être à la source de tous les terrorismes par la misère qu'il sème dans le monde entier : Les zadistes ne distribuent pas des valises de billets.

Tant que nos élus et élites seront à la solde de la finance rien ne changera. D'ailleurs, au point où nous en sommes, je crois que plus rien ne changera. Pour faire évoluer les choses dans le bon sens, il eut fallu que vous réagissiez il y a bien longtemps ; en 2008 par exemple, afin que fussent enfermés tous les banquiers et leurs complices. Il aurait fallu que ...
Mais à quoi bon puisque cela ne sert plus à rien.

Il vous suffit juste maintenant de faire comme vous avez toujours fait mais avec obligation de le faire désormais :
Ne pensez pas. Regardez la télé.
Ne réfléchissez pas. Achetez tout ce que vous pouvez.
Ne vous instruisez pas. Lisez les publicités.
Ne vous informez pas. Écoutez le 20H00.
Ne vous cultivez pas. Oubliez.
Ne soyez pas. Paraissez.
Ne contemplez pas. Profitez.
Ne resistez pas. Collaborez.
Brûlez du pétrole, vous jouirez.
Consommez, consommez, consommez !

La déesse croissance pourvoira à toutes vos envies et tous vos besoins. Du moins le ferait-elle, peut-être, rien n'est moins sûr, si seulement il lui était possible de pouvoir revenir maintenant que la déplession pétrolière commence.

Ah, au fait : Bonne année.

vendredi 10 avril 2015

Conférence à Quimper : ÉNERGIE & économie

Je donne ma première conférence publique à Quimper la semaine prochaine.

Le thème sera : ÉNERGIE & économie

Résumé

Les humains ont toujours entretenu des rapports plus qu'étroits avec les différentes sources d'énergie dont ils ont pu et su disposer. Ce fait constitue d'ailleurs une des rares différences qui les distinguent vraiment des animaux qui, eux, se contentent de jouir du rayonnement solaire incident.

Par ailleurs, l'accès à l'énergie facile et apparemment abondante a conditionné les développements économiques des sociétés humaines, dans lesquelles, sauf quelques exceptions de prélèvements suffisants, les flux de matières et d'énergies, depuis le Néolithique, n'ont jamais cessé de croître.

Alors que le réchauffement climatique, conséquence de nos pollutions et de la destruction des milieux naturels, se révèle bien réel, le discours officiel appelle à une transition énergétique.

Nous saisissons assez bien le sens de ce discours - il faut plus d'énergies renouvelables ! - alors que, pour autant, très peu d'entre nous sont capables de donner une définition de ce qu'est l'énergie.

Aussi, un ensemble de questions se posent :
- Qu'est-ce que l'énergie ?
- Quel est le vrai visage des énergies renouvelables ?
- Les évolutions sociétales actuelles, ou celles prônées par nos politiques, nous permettent-elles d'envisager un avenir pour notre espèce ?
- Prenons-nous assez en considération le fait que les processus naturels, de même que les processus économiques, sont irréversibles ?
- Quelles sont les lois qui régissent réellement notre économie ?
- La transition énergétique telle que proposée, bien souvent par des personnes surmédiatisées et financièrement intéressées, sera-t-elle la bonne voie pour l'humanité ?

En exposant, à la lumière des Lois de la physique, la situation énergétique du monde et en faisant un parallèle avec celle des métaux, nous verrons que les réponses à ces questions dessinent une vérité que l'on peut considérer comme assez proche de ce que sera la réalité de la future économie.
Hélas, il est triste de constater que cette vérité diffère très sensiblement, pour ne pas dire radicalement, du tableau idyllique que nous dépeint le discours officiel.

Halles Saint-François - Salle n°2 (Entrée par la rue Astor - 1er étage)
jeudi 16 avril
20 h 30.

vendredi 23 janvier 2015

Charlie : Cinquième !

Nous sommes tous responsables de nos actes.
Il faut toujours réfléchir avant d'acheter ! C'est une règle à s'imposer pour tout !

BeIN_Sport.jpg

mercredi 21 janvier 2015

Charlie : Quatrième !

Les gens de Charlie pensaient tous plus ou moins que la connerie est éternelle. Je le pense aussi !
Une autre chose remarquable est que, même si le temps passe, rien ne change !
Par exemple, en 1983, j'avais fait le dessin ci-dessous pendant un cours d'Espagnol (la prof qui avait intercepté le dessin, parce qu'il circulait dans la classe, ne l'apprécia pas si bien qu'elle ne me donnât plus jamais la moyenne).

La_rose.jpg

Il m'a suffit de seulement changer les dates pour pour qu'il redevienne d'actualité.

Ne changeons rien. Ne nous changeons pas. Tout va bien.

mardi 20 janvier 2015

Charlie : Troisième !

Pour se souvenir de Bernard Maris, alias Oncle Bernard, voici un dessin qui raconte la vie d'un banquier, qu'il soit bouddhiste, chrétien, hindouiste, animiste, juif, shintoïste, athée, musulman ou que sais-je encore.
J'ai mis GS (Goldman Sachs), dans le cœur - honneur à celle qui sert de modèle, mais il y aurait pu y avoir HSBC, Société Générale, Qatar Islamic Bank, Royal Bank of Scotland, Arab Petroleum Investisments Corporation, Mizuho Bank, Volksbank, Belfius-Dexia, Barclays et plein d'autres.

Tant qu'on ne fera rien, tout continuera.

Banquiers.jpg

lundi 12 janvier 2015

Charlie : Deuxième !

Pour se souvenir d'Elsa Cayat, la psychiatre chroniqueuse de Charlie Hebdo, je vous propose un dessin évoquant un fait existant dans toutes les cultures du Monde.

C_est_bien_partout_pareil.JPG

vendredi 9 janvier 2015

Charlie : Première !

Mustapha Ourrad travaillait en tant que correcteur au journal Charlie Hebdo. Il savait tous les secrets de la langue de Molière, sa culture était immense. Orphelin, autodidacte, il était un trésor pour la France et l'Humanité. Ayons une pensée pour ses enfants.

Allah est occupé

- page 1 de 3