Il n'y a que sur le Net que l'on trouve des nouvelles de la centrale de Fukushima.
Les journalistes français sont soit en grève soit invités à ne pas trop parler de ce qui s'avère une immense catastrophe écologique, toujours pas maîtrisée et potentiellement encore plus désastreuse qu'elle ne l'est déjà, tout simplement parce que cela pourrait nuire à notre magnifique industrie nationale.

Voici des liens directs vers des sources d'informations :

- Fukushima.overblog,

- scoop.it,

- Glasnost sur Fukushima.

En tout cas, si rien n'avance dans le sens de l'amélioration à Fukushima, en France, petit pays truffé de réacteurs nucléaires, il y a du mouvement : "Anne atomique" s'est faite radier.

Mais ne nous réjouissons pas !
Celui qui la remplace, c'est, à peu de chose près, son clone !
En effet, il est lui aussi de la caste des ingénieurs des Mines, celle qui décide de tout chez nous. La différence entre "atom-woman" et lui, c'est qu'il a la particularité d'être un partisan de la fusion EDF-AREVA, fusion qui, au final, correspondra à une très large privatisation du nucléaire français.
Il est donc certain que pour faire plus de profit, d'ici peu, ça va "rogner" encore un peu plus franchement sur la sécurité dans les centrales.

Avec ça, on va multiplier les chances de voir venir le jour où l'on va se faire atomiser en beauté !
Et ça sera pas beau à voir.

Si cela arrive, parce que nous n'aurons pas agis maintenant, nous n'aurons pas le droit de dire que nous ne savions pas.