Ecodouble

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Notre-Dame-des-Landes

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 9 juillet 2015

Déni et désinformation

Dans le Ouest-France du 8 juillet dernier, un gratte-papier-désinformateur-propagandiste annonçait dans un entrefilet que le gouvernement japonais allait d'ici quelques temps autoriser la réoccupation d'un village évacué "suite à l'incident" (sic) survenu à la centrale nucléaire de Fukushima.
Ainsi, la plus grande catastrophe nucléaire de l'Histoire, à force d'être ignorée volontairement par les médias, n'est plus qu'un simple incident alors que la situation sur place empire chaque jour qui passe,

Pour ce qui est de l'EPR de Flamanville, nous venons d'apprendre qu'AREVA savait depuis 2006 pour les malfaçons dont souffre la cuve du réacteur. Que la cuve puisse exploser à la mise en route de leur chaufferie infernale ne semble pas inquiéter les fous furieux de l'atome ! La belle affaire.

Pour l'EPR toujours, nous apprenons aussi que Bouygues a été reconnu coupable d'avoir fait travailler, pendant cinq ans, 500 ouvriers au noir mais n'a été condamnée qu'à 25000 misérables petits euros d'amende. Les autres, les sous-traitants, n'ont qu'un pourboire à verser.
Le message est clair ! Oyez, multinationales ! Vous seriez sottes de verser des millions de cotisations sociales. Au rythme où va la justice à vous exonérer de payer pour toutes vos magouilles visant à ne pas cotiser, vous pourrez bientôt demander des dommages et intérêts à l'encontre de ceux qui démontreront que vous ne respecterez pas la loi.
Quand je pense que des artisans se retrouvent avec des milliers d'euros d'amende à l'URSSAF pour avoir mal rempli un imprimé à la con !

Alors comme je constate que tout cela passe comme une lettre à la poste, qu'il n'y a pas de manif, qu'il n'y a pas de protestation, que nous ne sommons pas nos pourritiques de nous expliquer pourquoi pareils scandales, je vous le dis tout net : Chers compatriotes, vous êtes des minables ! Samedi 11 et dimanche 12 juillet, vous avez l'occasion d'aller à Notre-Dame-des-Landes pour dire non à l'aéroport et à tous les autres projets inutiles et mortifères. Vous ne viendrez pas nombreux. Il n'y aura que celles et ceux de d'habitude. Dès lors, ne vous plaignez plus ! Vous semblez très contents de vous faire baiser ! Et quand nous serons irradiés, bandes de nazes, faudra aussi fermer vos gueules.
Ouais, continuez à faire vos ego-portraits imbéciles et inécologiques sur fesses de bouc mais en fermant vos gueules !
Ouais les neuneus! Le Monde s'effondre mais, surtout, fermez vos gueules.

lundi 1 avril 2013

Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes est définitivement abandonné

Matignon a fait part de la nouvelle ce matin à 10H33, par l'intermédiaire du Directeur de Cabinet de Jean-Marc Ayrault, que le gouvernement ne soutenait plus le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes.
Dans son communiqué, assez long, le gouvernement affirme qu'après une très "sérieuse réflexion", "il n'était pas raisonnable, finalement" de vouloir construire un aéroport supplémentaire, cela d'autant plus que "l'aéroport de Nantes est loin d'être saturé, qu'il est possible de doubler sa capacité d'accueil et de supprimer ses nuisances sonores sur la métropole par la construction d'une nouvelle piste orientée Nord-Ouest Sud-Est" (travaux évalués à 110 millions d'euros) et que depuis 2011 "le trafic aérien mondial semble vouloir s'orienter à la baisse".

Le communiqué précise aussi que le projet présenté par AGO VINCI (500 millions en Partenariat Public Privé, dont presque 300 fournis par le contribuable), qui comporte deux pistes convergentes, ce qui nuit gravement à la sécurité d'après tous les syndicats de pilotes de lignes, "paraît avoir été défini à la va-vite, avec un manque de professionnalisme et de connaissance des règles d'aménagements aéroportuaires", qui plus est "sans aucune concertation avec les populations concernées".

Le gouvernement, fort de cette mise au point, fait ensuite remarquer que les routes et voies ferrées qui devaient desservir le site de ce projet désormais caduc se trouvaient à la charge des contribuables et qu'il y avait donc, en annulant le projet, un gisement d'économies à la hauteur de plusieurs centaines de millions d'euros, "toujours bons à prendre dans le contexte de restrictions budgétaires aujourd'hui nécessaire", sans compter que "des centaines d'hectares de terres agricoles s'en trouvent sauvées.
Il rajoute que la perte des ressources en eau qu'aurait inévitablement provoquée la réalisation du projet, situé au milieu d'une immense zone humide (rappelons que les zones humides sont normalement protégée par la loi), très riche en biodiversité, aurait dû être compensée par un prélèvement d'eau dans la Loire, en amont de Nantes, ce qui aurait nécessité la construction d'une usine de traitement de ces eaux pour un montant de 100 à 200 millions d'euros et qui, "bien sûr", ce serait retrouvée devoir être financée par la collectivité.

Le message continue en annonçant que les forces de l'ordre, qui en véritable armée d'occupation essayent de contrôler le site depuis le mois d'octobre, rappelant de très sombres heures de notre Histoire, vont, dans les heures qui viennent, rentrer dans leurs casernes et permettre ainsi un certain désengorgement des hôtels de la région, engorgement qui avait eu pour conséquence, durant l'hiver écoulé, d'empêcher le logement d'urgence de quelques familles laissées sans revenus du fait des rigueurs de la crise qui nous frappe.

Ensuite, et là c'est un fait nouveau, le communiqué précise que tous les élu(e)s et responsables socialistes ayant reçu des pots-de-vin de la part de VINCI s'engagent à les restituer à leur corrupteur, "jusqu'au dernier millier d'euros", et invitent leurs amis de l'UMP à faire de même, cela afin de prouver au peuple français que "la classe politique sait faire preuve de probité dans les périodes de crise".
De plus, il a été décidé que les partis politiques qui avaient soutenu le projet seront mis à contribution afin de rembourser à l’État les dizaines de milliers de nuits d’hôtels qui ont été nécessaires pour le logement des gendarmes et CRS de l'opération "César".
Enfin, il va être demandé aux élus qui ont signé avec VINCI, au nom de l’État, le contrat de Partenariat Public Privé, qualifié de "biaisé et particulièrement déséquilibré", surtout du fait des indemnité exigées par la multinationale en cas d'abandon du projet, de présenter leurs excuses au Peuple de France et de renoncer à tous leurs mandats électoraux en cours tout en promettant de ne plus jamais en briguer aucun.
Et le communiqué de finir en annonçant que dès demain, l’État déposera plainte contre VINCI, notamment pour "tentative de destruction de biotopes remarquables, volonté manifeste d'attenter à La Nature, destruction de bâtiments sans désamiantage préalable ainsi que pour malhonnêteté et volonté d'appropriation de bien public".

Est-ce un début de prise de conscience de nos dirigeants qui commenceraient à comprendre qu'il n'est plus temps de laisser faire le capitalisme ?
Toujours est-il que l'ensemble des personnalités politiques s'est déclaré en accord avec cette décision qui pourrait annoncer, peut-être, un changement de comportement des pouvoirs publics vis-à-vis des banques.

vendredi 16 novembre 2012

Aéroport, amiante et magouilles d'Ayrault

J'étais à Notre-Dame-des-Landes le 4 novembre dernier.

Panneau_NDDL.JPG

Après être passé à La Vacherie, Quartier Général de la résistance à l'imbécile et inique projet d'aéroport, où des opposants racontaient aux nombreuses personnes présentes - qui amenaient vivres et vêtements - la réalité de la situation sur "le champ de bataille" durant les jours précédents, je me suis rendu au lieu-dit "Le Tertre". Je voulais voir comment Jean-Marc Ayrault Premier Ministre et son corrupteur VINCI avaient, deux jours plus tôt, fait démolir une petite ferme habitée par des opposants au projet d'aéroport.

La maison n'était plus que tas de moellons et enchevêtrement de pièces de bois.

Le_Tertre_NDDL.JPG

Ruine_maison.JPG

Attila n'aurait pas mieux fait !

Derrière la maison, il y avait un hangar : Murs en parpaings, charpente métallique et couverture en fibrociment contenant de l'amiante ; rien que de plus banal dans la campagne française.
Cette construction était désormais réduite à un amas de gravats de béton, ...

Ruines_Hangar.JPG

... hérissée de ferrailles, ...

Plaques.JPG

... le tout saupoudré de poussières d'amiante ...

Detail.JPG

... résultant du broyage bien fin, ...

Fibrociment_chenille.JPG

... à la chenille de pelle mécanique, de la couverture en fibrociment.

Il n'est pas fin le Ayrault qui ment en nous disant que son aéroport est nécessaire au bonheur des gens.
Le Ayrault, il y est allé Franco (Tiens ! un autre dictateur !). Il ne s'est pas laissé embarrasser par un peu d'amiante ! Pardi !
Tout comme Martine Aubry ne s'était pas non plus laissée embarrasser, il y a quelques années, par de colossales quantités de ce même matériau.
Finalement, ce qui est bien avec les socialistes, c'est qu'ils ont des traditions : Les problèmes sérieux, ils ne les traitent pas !

Car je dois là préciser qu'en France, sur un chantier qui respecte la loi, un simple bout de matériau contenant de l'amiante provoque un arrêt des travaux autour de l'endroit où il a été découvert ; jusqu'à ce que le fragment soit débarrassé par une entreprise habilitée.
Le hangar aurait donc dû être déconstruit par une entreprise spécialisée, ses travailleurs équipés de combinaisons et de masques à poussières, et non pas ruiné et broyé par un engin de terrassement. (Espérons que les flics qui "protégeaient" la démolition hors la loi, le conducteur de l'engin démolisseur et les six jeunes opposants qui étaient sur le toit du hangar quand il fut abattu, n'auront pas de cancer de la plèvre, dans 20 ou 30 ans).
Que le hangar ait été ainsi écrasé, constitue la preuve que le baron Ayrault considère que Notre-Dame-des-Landes n'est pas en France ; que ce lieu fait partie de son domaine privé à lui. Et sur son domaine, il entend satisfaire ses envies, envies qui font les affaires de ses amis de VINCI ; et inversement très vraisemblablement.
Ainsi, VINCI a d'ores et déjà reçu 300 millions d'euros d'argent public pour construire l'Ayraultporc dans le cadre d'un PPP.
Constatons dès lors que les PPP ne sont décidément pas ce qu'on nous avait dit qu'ils seraient.
Corruption quand tu nous tiens !

Car la corruption elle est bien là !
Savez-vous qu'un des "amis" du sinistre dictateur nantais, l'ancien préfet ayant mené l’enquête publique de "'ayraultporc" (préfet qui a aussi ordonné, en son temps, un assaut des forces de l'ordre ayant coûté un œil à un jeune opposant à ce projet), s'est fait embaucher dans cette merveilleuse firme qu'est VINCI, la Goldman Sachs du BTP.

Mais où es-tu donc Démocratie, maintenant que l'oligarchie s'est installée, que ceux qui étaient censés gérer l'intérêt général et nous protéger nous trahissent ?
C'est ta disparition qui nous conduit à lever des barricades, ...

Barricade.JPG

... aidés par de fidèles compagnons à quatre pattes.

Cabot_de_barricade.JPG

Et si déjà de nombreuses maisons de la résistance et leurs jardins potagers ont été rasés par les oligarques, l'esprit demeure.
Ce que l'on peut lire sur cette plaque de bois, gisant au lieu-dit "Le Liminbout", près d'une maison démolie par la mafia politico-terrassière, c'est l'esprit de notre révolte.

Devise_NDDL.JPG

Il va vous falloir céder les larrons ! et laisser aux générations futures les terres agricoles dont elles auront besoin, terres que vous voulez brûler et bétonner.
Sinon, d'ici peu, il se peut que vous dansiez, raccourcis, au bout de longues piques !

En attendant, sur le terrain, des lieux de résistance se reconstruisent, au fur et à mesure que d'autres sont rasés.
Si vous voulez résister et soutenir la reconstruction, rendez-vous samedi 17 novembre sur place.