Ecodouble

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 16 décembre 2013

Lettre ouverte à Monsieur le Préfet de Loire-Atlantique

Décidément non, le vent ne se résigne pas à tourner (Cf. mon article précédent) !

Je viens d'envoyer, ce jour, la lettre ci-dessous au Préfet de Loire-Atlantique, à l'adresse suivante : prefecture@loire-atlantique.gouv.fr
Vous êtes invités, par toutes les associations d'opposants, à faire une pareille lettre à ce fonctionnaire, pour que ce projet imbécile ne se réalise pas.
Pressez-vous ! Il y a urgence.
Bien entendu, vous pouvez vous inspirez de mon courrier.
Et n'oubliez pas d'envoyer une copie, pour comptage, à l'adresse suivante : cyberaction@agirpourlenvironnement.org

Monsieur le Préfet de Loire-Atlantique,

Nous, citoyennes et citoyens français, apprenons que vous vous apprêtez à signer l'autorisation de début de travaux pour l'aéroport inutile et sans avenir, faute de pétrole, de Notre-Dame-des-Landes.

Croyez bien que nous sommes stupéfaits de cette chose ; stupéfaits de l'entêtement dont vous faite preuve pour voir ce projet antidémocratique aboutir alors même qu'il est très coûteux pour les Finances publiques qui sont déjà au plus mal.

Sachez que, par cette signature que vous allez apposer, vous allez nous outrager.
Vous nous outragerez parce que vous ne ferez aucun cas des recours en justice toujours en cours.
Vous nous outragerez parce que vous allez faire en sorte que la loi sur l'eau ne soit pas respectée, alors que déjà la loi sur les marchés publics a été bafouée (Cf. la date d'attribution du marché inventaire Faune-Flore à la société Biotope qui est antérieure à la date limite de dépôt des propositions des entreprises spécialistes en la matière).
Vous nous outragerez parce que, vous même, le garant des institutions, vous ne respecterez pas la loi ; Notre loi ! et vous couvrirez son non respect.

Croyez bien, en outre, que par votre signature vous allez obérer un peu plus les chances de l'Humanité de s'assurer une alimentation dans le futur tant les terres agricoles se font rares ; et vous allez, vous, personnellement, en détruire 2000 hectares de plus.
Comprennez, enfin, que par cette signature vous allez apporter la preuve que vous n'êtes, ni ne fûtes, ni ne serez jamais un Serviteur de l'Etat.
Soyez même certain que le Peuple vous jugera comme un profiteur et un vil valet de la finance.

Regardez la réalité.
Pensez à vos enfants, vos petits-enfants. Prouvez leur que vous les aimez.
Ne signez pas !
S'il le faut démissionnez ! car nous savons que la pression vient d'en haut ; de Matignon.
Si vous faites ainsi l'Histoire se souviendra de vous.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations.

vendredi 13 décembre 2013

VINCI s'attaque aux abeilles - Épilogue

Virgile est passé devant le Tribunal de Saint-Nazaire assigné à y paraître qu'il était par VINCI.
http://www.lephare-ouest.fr/bretagne/notre-dame-des-landes-ses-abeilles-butinent-lapiculteur-assigne-en-justice/8033

Après délibéré, le 10 ou 11 décembre, le Tribunal a débouté VINCI.

Le vent tournerait-il ?

mercredi 23 octobre 2013

VINCI et Ayrault continuent à Notre-Dame-des-Landes

C'est comme si rien ne s'était passé à Notre-Dame-des-Landes !
Comme si les grands rassemblements citoyens de l'année écoulée n'avaient pas eu lieu !
Comme si le rapport de la commission du dialogue n'existait pas, ce dernier mettant en évidence le non respect de la loi sur l'eau et la nécessité d'évaluer réellement, par une étude publique sérieuse, une restructuration de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique (*) avant que d'entamer d'éventuels travaux à Notre-Dame-des-Landes !

Ainsi, la préfecture de Loire-Atlantique a mis en ligne le 7 octobre, pour afficher un semblant de transparence, un dossier visant à obtenir une dérogation afin de pouvoir détruire légalement des espèces végétales et animales protégées légalement. Ce dossier fait 2000 pages !
Chacun sait bien qu'un dossier pareil, ça se lit dans le temps des pubs avant le JT de 20 heures !
C'est sans doute pourquoi le Préfet n'a laissé que 3 semaines au public pour prendre connaissance et juger de ces 2000 pages.

Dès lors, la principale association d'opposant(e)s à ce projet sans avenir économique vous invite à faire part à ce Monsieur le Préfet de votre indignation devant la mauvaise foi de l’État dans cette affaire, qui s'entête à vouloir faire construire cet aéroport imbécile et antidémocratique tout en essayant d'apparaître parfaitement respectueux des lois.
Et pour vous indigner, il vous suffit de vous connecter sur le site de la préfecture, à la page sous le lien suivant :

http://www.loire-atlantique.equipement-agriculture.gouv.fr/Enquetes/Participation-du-public-sur-la-derogation-au-titre-des-especes-protegees-Aeroport-du-grand-Ouest-et-sa-desserte-routiere

Ensuite vous n'avez plus qu'à signifier à Monsieur le représentant officiel de VINCI surtout, et de l’État accessoirement, que ce n'est pas bien de se moquer ainsi du monde.

Ci-dessous, vous pouvez lire ce que j'ai laissé comme message au vilain garçon :

"Monsieur le Préfet

Le dossier que vous mettez à l’enquête comporte plus de 2000 pages, de nombreuses cartes, des tableaux et des annexes. Il est impossible pour une personne normale de consulter un pareil pavé de documents en si peu de temps et il est donc tout à fait anormal que le public ne dispose que de 3 semaines pour en faire l’analyse et vous la communiquer.

Je vous demande donc une prolongation de la durée de cette consultation.

Par ailleurs vous voudrez bien mettre en ligne l’avis rendu par le CNPN qui peut utilement éclairer le public, public qui commence à bouillir de voir que les lois sont systématiquement bafouées par l'administration et les multinationales, la première étant de plus en plus visiblement aux ordres des secondes.

Si les représentants des citoyens et citoyennes ont voté des lois protégeant des espèces, et d'autres lois protégeant la ressource en eau, c'est qu'il y a des raisons impérieuses. Ces raisons sont la protection de l'environnement, qui permet l'épanouissement de la vie en général, et de la vie humaine en particulier. Je ne peux que vous rappeler qu'on ne peut déroger aux impératifs de la loi, et là dessus, je suis certain que vous serez en plein accord avec moi. Or, il se trouve que votre demande de dérogation apparaît clairement, aux yeux des citoyens et citoyennes, comme une volonté de se soustraire à la loi. Comprenez qu'il serait regrettable que les plus hauts représentants de l’État ne fissent pas cas de la volonté du Peuple de voir ces lois respectées ; surtout que dans le contexte financier, écologique, climatique et énergétique mondial, ne pas les respecter revient à attenter à ses intérêts vitaux."

Vous êtes, bien entendu, autorisé à vous inspirer de ma réponse, un peu, largement, voire totalement, en faisant un copier-coller, pour rédiger le message que vous enverriez à ce grand serviteur de notre Pays qu'est le préfet de Loire-Atlantique. Le brave homme !
Tout comme son prédécesseur de l'enquête d'utilité publique, je le sens bien terminer sa carrière chez VINCI ! Embauché et grassement payé pour services rendus !





(*) Une étude de ce type, réalisée par un cabinet hollandais indépendant, financée par les deniers personnels de 1000 élu(e)s opposés au projet de Notre-Dame-des-Landes, montre qu'avec 110 millions d'euros, il est possible de construire une piste perpendiculaire à l'actuelle, qui éliminerait le problème du bruit, tout en réaménageant l'aérogare de façon à doubler la capacité d'accueil de la plateforme déjà existante.
En comparaison, pour NDDL, la collectivité donne 300 millions d'euros à VINCI et doit en plus prendre à sa charge la route et la voie ferrée pour desservir ce nouvel aéroport. Le coût total pour la collectivité dépasserait ainsi le milliard.

vendredi 16 novembre 2012

Aéroport, amiante et magouilles d'Ayrault

J'étais à Notre-Dame-des-Landes le 4 novembre dernier.

Panneau_NDDL.JPG

Après être passé à La Vacherie, Quartier Général de la résistance à l'imbécile et inique projet d'aéroport, où des opposants racontaient aux nombreuses personnes présentes - qui amenaient vivres et vêtements - la réalité de la situation sur "le champ de bataille" durant les jours précédents, je me suis rendu au lieu-dit "Le Tertre". Je voulais voir comment Jean-Marc Ayrault Premier Ministre et son corrupteur VINCI avaient, deux jours plus tôt, fait démolir une petite ferme habitée par des opposants au projet d'aéroport.

La maison n'était plus que tas de moellons et enchevêtrement de pièces de bois.

Le_Tertre_NDDL.JPG

Ruine_maison.JPG

Attila n'aurait pas mieux fait !

Derrière la maison, il y avait un hangar : Murs en parpaings, charpente métallique et couverture en fibrociment contenant de l'amiante ; rien que de plus banal dans la campagne française.
Cette construction était désormais réduite à un amas de gravats de béton, ...

Ruines_Hangar.JPG

... hérissée de ferrailles, ...

Plaques.JPG

... le tout saupoudré de poussières d'amiante ...

Detail.JPG

... résultant du broyage bien fin, ...

Fibrociment_chenille.JPG

... à la chenille de pelle mécanique, de la couverture en fibrociment.

Il n'est pas fin le Ayrault qui ment en nous disant que son aéroport est nécessaire au bonheur des gens.
Le Ayrault, il y est allé Franco (Tiens ! un autre dictateur !). Il ne s'est pas laissé embarrasser par un peu d'amiante ! Pardi !
Tout comme Martine Aubry ne s'était pas non plus laissée embarrasser, il y a quelques années, par de colossales quantités de ce même matériau.
Finalement, ce qui est bien avec les socialistes, c'est qu'ils ont des traditions : Les problèmes sérieux, ils ne les traitent pas !

Car je dois là préciser qu'en France, sur un chantier qui respecte la loi, un simple bout de matériau contenant de l'amiante provoque un arrêt des travaux autour de l'endroit où il a été découvert ; jusqu'à ce que le fragment soit débarrassé par une entreprise habilitée.
Le hangar aurait donc dû être déconstruit par une entreprise spécialisée, ses travailleurs équipés de combinaisons et de masques à poussières, et non pas ruiné et broyé par un engin de terrassement. (Espérons que les flics qui "protégeaient" la démolition hors la loi, le conducteur de l'engin démolisseur et les six jeunes opposants qui étaient sur le toit du hangar quand il fut abattu, n'auront pas de cancer de la plèvre, dans 20 ou 30 ans).
Que le hangar ait été ainsi écrasé, constitue la preuve que le baron Ayrault considère que Notre-Dame-des-Landes n'est pas en France ; que ce lieu fait partie de son domaine privé à lui. Et sur son domaine, il entend satisfaire ses envies, envies qui font les affaires de ses amis de VINCI ; et inversement très vraisemblablement.
Ainsi, VINCI a d'ores et déjà reçu 300 millions d'euros d'argent public pour construire l'Ayraultporc dans le cadre d'un PPP.
Constatons dès lors que les PPP ne sont décidément pas ce qu'on nous avait dit qu'ils seraient.
Corruption quand tu nous tiens !

Car la corruption elle est bien là !
Savez-vous qu'un des "amis" du sinistre dictateur nantais, l'ancien préfet ayant mené l’enquête publique de "'ayraultporc" (préfet qui a aussi ordonné, en son temps, un assaut des forces de l'ordre ayant coûté un œil à un jeune opposant à ce projet), s'est fait embaucher dans cette merveilleuse firme qu'est VINCI, la Goldman Sachs du BTP.

Mais où es-tu donc Démocratie, maintenant que l'oligarchie s'est installée, que ceux qui étaient censés gérer l'intérêt général et nous protéger nous trahissent ?
C'est ta disparition qui nous conduit à lever des barricades, ...

Barricade.JPG

... aidés par de fidèles compagnons à quatre pattes.

Cabot_de_barricade.JPG

Et si déjà de nombreuses maisons de la résistance et leurs jardins potagers ont été rasés par les oligarques, l'esprit demeure.
Ce que l'on peut lire sur cette plaque de bois, gisant au lieu-dit "Le Liminbout", près d'une maison démolie par la mafia politico-terrassière, c'est l'esprit de notre révolte.

Devise_NDDL.JPG

Il va vous falloir céder les larrons ! et laisser aux générations futures les terres agricoles dont elles auront besoin, terres que vous voulez brûler et bétonner.
Sinon, d'ici peu, il se peut que vous dansiez, raccourcis, au bout de longues piques !

En attendant, sur le terrain, des lieux de résistance se reconstruisent, au fur et à mesure que d'autres sont rasés.
Si vous voulez résister et soutenir la reconstruction, rendez-vous samedi 17 novembre sur place.